Interview : Antonio Barone, Directeur de La Route des Phéniciens à propos de la collaboration avec le Creative Tourism Network(R)

 

  •   Qu’est-ce que la Route des Phéniciens?

La Route des Phéniciens vient de la considération que la mer Méditerranée, dans les temps anciens, était un point de contact entre les communautés de différents groupes ethniques et les civilisations qui l’habitaient. Puis c’est devenu une frontière. Il est nécessaire de revenir à une vision plus ouverte des routes maritimes anciennes qui, d’Est en Ouest et du Sud au Nord, et viceversa, véhiculaient la connaissance et les produits qui venaient de loin et que l’on identifie aujourd’hui au monde méditerranéen. Les objectifs de la Route visent par conséquent à favoriser le dialogue interculturel via l’amélioration du patrimoine culturel commun, le développement durable qui en résulte, la mise en valeur de la culture méditerranéenne ainsi que l’éducation au patrimoine comme outil de développement pour les jeunes générations. Naturellement, nous travaillons dans une perspective de tourisme durable, de slow tourism, de tourisme responsable, créatif et expérientiel qui peut contribuer au développement local. La Route des Phéniciens est régie par un réseau de réseaux thématiques nationaux, locaux et transversaux. Elle compte aujourd’hui des opérateurs culturels, éducatifs et touristiques de 12 pays, et en accueillera très prochainement de nouveaux. Parmi nos membres actuels, on peut citer: les OITS – Organisation Internationale du Tourisme Social, OTIE – Observatoire du Tourisme des Îles Européennes, la FEISCT – Fédération Européenne des Itinéraires Historiques et Culturels, ainsi que les réseaux de la Routes en Espagne, Italie, Croatie, Grèce, France, Malte, Tunisie, au Liban et à Jéricho.

  • Pourriez-vous nommer certaines de vos actions?

 Parmi les actions les plus intéressantes, je citerais le Réseau des Écoles Méditerranéennes, qui promeut les voyages interculturels et les jumelages entre écoles, le Réseau des Musées Méditerranéens, le Réseau des Universités de la Route des Phéniciens, pour la recherche et le développement de stratégies. Ensuite, nous organisons chaque année un événement qui rassemble tous les événements que nous organisons en Méditerranée: les Journées de la Méditerranée Antique. Mais dans le fonds, Nous travaillons surtout au niveau des méthodologies appliquées, telles que la pédagogie du patrimoine, l’interprétation communicative et autres. C’est pourquoi nous veillons à former les opérateurs aux nouveaux modèles d’hébergement touristique, à la formation de guides touristiques, aux réseaux d’hôtellerie et de restauration, à la promotion de nouvelles entreprises, notamment pour les jeunes. Nous avons également des foires spécifiques, comme le BTE en Sicile. Enfin, chaque année, des rencontres entre des partenaires tels que l’Assemblée, appelée «Dialogue Euro-Méditerranéen» qui célèbrera quinze ans d’activité cette année.

  • Qui sont les bénéficiaires de la Route des Phéniciens?

Les bénéficiaires de l’Itinéraire sont multiples: les sites et destinations, que nous aidons dans le développement de leur offre touristique, les touristes, qui peuvent ainsi visiter des lieux spéciaux, les opérateurs qui peuvent améliorer leur travail, et les communautés locales qui peuvent développer une stratégie basé sur son identité et sa durabilité, créant de nouvelles opportunités pour les citoyens et plus particulièrement les jeunes qui se développent personnellement grâce à ce dialogue interculturel.

  •  Comment cela se traduit-il au niveau de l’offre touristique?

L’offre touristique sur laquelle nous travaillons combine les aspects éthiques et économiques. Il s’agit d’une offre qui respecte la durabilité environnementale et sociale et qui assoit les bases d’un nouveau tourisme qui peut vraiment être un moteur de développement pour les territoires. C’est pourquoi La Route des Phéniciens peut être perçue comme un grand laboratoire où la recherche, la mise en œuvre des stratégies et l’offre finale sont prises en charge et mises à la disposition des communautés locales, véritables protagonistes du processus.

  • Quels sont selon vous les avantages du tourisme créatif pour la Route des Phéniciens et les Itinéraires Culturels en général?

La Route des Phéniciens s’est toujours intéressée aux activités que l’on définit aujourd’hui comme tourisme créatif. Précisément parce que nous observons ce que les communautés locales peuvent offrir et la relation qu’elles entretiennent avec leur passé, leur patrimoine naturel et culturel, leur identité, leurs traditions. C’est seulement de cette façon que nous pouvons penser à construire un avenir qui puisse durer dans le temps tout en préservant les ressources primaires: le contexte territorial et les caractéristiques de la communauté locale. Mais tout cela dans le contexte d’un projet international qui permettent de partager les bonnes pratiques, les stratégies et les idées.

  • Comment concevez-vous cette collaboration avec le Creative Tourism Network®?

Avec le Creative Tourism Network®, nous partageons des visions et des missions. Nous faisons des choses très similaires et poursuivons les mêmes objectifs. C’est pourquoi nous sommes honorés de proposer la Route des Phéniciens comme un itinéraire de créativité et d’expérience. Les outils de cette collaboration seront la communication, la formation et la planification partagée à l’échelle méditerranéenne.  De plus, cette collaboration s’inscrit dans la réflexion ouverte du projet Erasmus + «AllTourist» sur les thèmes des formes de tourisme les plus innovantes à proposer aux territoires.

 

 

ww.fenici.net

 www.creativetourismnetwork.org

Share